Le spectacle

Durant 1 heure 45, la façade de la basilique du Bois Chenu et des bâtiments environnants, devient autant de décors baignés de trompe l’œil et d’illusions d’optiques. Des projections vidéographiques en 3D, parfaitement intégrées à l’architecture du site, recréent ici des horizons en perpétuels changements, au milieu desquels se joue la formidable épopée de Jeanne d’Arc.

Fort de plus de 200 intervenants sur scène, ce spectacle est construit de manière cinématographique, alternant des scènes épiques empreintes de réalisme, et des moments beaucoup plus intimes relevant davantage d'une scénographie théâtrale.

Un concept rendu possible de par la configuration des lieux offrant une relative proximité entre les gradins et l'espace scénique, tout en donnant une large ouverture sur le front panoramique de la Basilique et ses alentours.

20 ans après que Jeanne d'Arc a été brûlée, Charles VII met enfin tout en œuvre pour réhabiliter la mémoire et l'honneur de celle sans qui il n'aurait jamais pu être couronné Roi de France. Des enquêteurs sont ainsi dépêchés un peu partout dans le royaume, afin de recueillir les témoignages de celles et ceux qui ont côtoyé Jeanne de son vivant : amis d'enfance, compagnons d'armes, mais aussi acteurs du premier procès qui l'avaient conduit jusqu'au bûcher, tous sont ici interrogés.

Parmi les enquêteurs, un homme va ainsi aller à la rencontre de témoins qui vont se révéler capitaux et lui livrer alors une toute autre version que celle de la Jeanne diabolique décrite lors du procès en hérésie de Rouen. Leurs souvenirs s'entremêlent et nous transportent tour à tour, au gré de flashs back saisissants, jusque dans le passé oublié et méconnu de Jeanne d'Arc. Mais à vouloir revisiter cette période enfouie de l'Histoire, l'homme réveille d'anciennes peurs, aiguise de vieilles rivalités. De mystérieux personnagesse dressent dès lors au travers de sa route, l'emmenant de fausses pistes en fausses pistes, cherchant jusqu'à intenter à sa vie.

Un spectacle inoubliable doublé d'un thriller haletant, sur les traces que l'on croyait effacées d'une Jeanne d'Arc inédite !